B.LAB

Bronx est une maison créative de communication. Pour faire notre métier avec sens, nous nous intéressons en priorité aux publics à qui nous nous adressons. C’est notre base.
Nous n’imitons pas les cabinets d’études.
Nous partons de l’observation du terrain. Des gens. Des individualités. Des communautés. Des micro-cultures.

Pour être flexibles, nous préférons interroger très souvent un petit groupe “qualifié” de personnes (autant de fois que c’est nécessaire), plutôt que d’analyser un panel représentatif une fois par an !
Nous croyons que cette approche agile est plus performante et nous permet de construire une relation durable entre nos clients et leurs publics.

C’est pourquoi nous avons mis en place le laboratoire de Bronx.

OUTIL.

Le B.lab est un outil participatif de co-création dédié aux clients de nos clients.

Nous les écoutons, observons leurs pratiques physiques et numériques, interrogeons leurs représentations du monde, leur consommation, leur sociabilité, leurs rapports à la culture, à l’environnement, aux médias, aux politiques, aux territoires.

Avec eux, nous ouvrons tous les sujets en flux continu.

DONNÉES.

Le B.lab génère des quantités de données. Elles représentent des micro-tendances en opposition aux tendances macros. Elles contribuent à singulariser le discours des marques/institutions, qui cherchent à se distinguer face à la volatilité des publics et à la profusion des propositions (tous secteurs).

Objectivées avec des données disponibles (scientifiques) et les analyses des usages numériques, les informations que nous recueillons nous donnent la possibilité de “cartographier” les imaginaires individuels et collectifs aujourd’hui et demain, et suivre leur évolution.

COMPRENDRE.

Notre monde vit des transformations en continu. Les récents évènements vont entraîner des changements profonds pour les marques, impactants leur relation avec leurs publics.

Plus que jamais, il va s’agir de comprendre l’humain, comprendre le nouveau contrat qui va s’établir.

Pour accompagner les stratégies de nos clients, nous leur proposons une compréhension plus fine des perceptions, des motivations et des attentes de leurs différents publics pour les transformer en actions.

 

COOPÉRER.

Cette coopération avec les publics nous aide à construire avec eux et pour eux, des dispositifs de communication utiles, concernants, qui ont du sens. 

L’idée est de mieux faire dialoguer les institutions avec leurs publics. Élaborer une coopération entre les millenials et les marques. Accompagner les médias pour qu’ils deviennent une “destination” pour de nouveaux publics.

Faire naître des alliances collaboratives pour élaborer des services, des offres.

LES JEUNES.

Parmi les publics du B.lab, les jeunes font l’objet d’une attention particulière. Ils représentent les nouveaux clients, la relève pour beaucoup de nos clients (institutions, marques, médias, etc.) 

Prescripteurs, influenceurs, créateurs de contenus, de mouvements, d’interactions, de nouveaux usages numériques, de rituels sociaux inédits, ils sont des actants incontournables de notre société. Le B.lab est dédié à plusieurs catégories d’âge situées entre 15 et 29 ans, même si nous restons ouverts à l’analyse d’un public large. 

C’est un espace où ils peuvent s’exprimer, fertiliser leurs idées et où leur part de voix compte !

 

L’ÉQUIPE.

“nous cultivons notre sensibilité à toutes les formes de communication du corps, du langage, des rituels urbains” – Une équipe curieuse, professionnelle, disponible qui anime le B.lab et son panel (80 à 120 personnes volontaires).

Béatrice. Planneur stratégique.

Camille. Directrice des nouvelles écritures et social média.

Angèle. Planneur stratégique – alternante.

Camille. Rédactrice en chef spécialisée en data et infographie.

Valentin. Directeur artistique.

Anne-Charlotte. Directrice de clientèle.

Xavier. Directeur technique.

Les sciences humaines, les sciences du numérique, le design thinking et la créativité structurent notre démarche. Au sein du B.lab, nous déployons une approche Explore / Create / Make / Share qui agrège les outils de l’ethnologie et la méthode du design thinking.

 

5 PHASES DU B.LAB

Observer – Écouter – Comprendre – Co-créer (idéation) et Prototyper (phase de test)

 

LE PANEL HYPER QUALIFIÉ.

• Un panel de 80 à 120 personnes. Des profils hyperqualifiés sur des critères précis.

• Un fichier qui se régénère aussi sous la recommandation des participants qui forment la communauté du B.lab.

• Des familles constituées avec des profils spécialistes : culture, sport, médias, santé (…)

Une approche de médiation qui n’imite pas les études qualitatives ou quantitatives mais incite à l’auto-gestion des groupes.

LES ENTRETIENS.

Dans l’espace physique : les sessions en “live” en petits groupes, sous la forme de workshop d’immersion et d’inspiration (co-création).

Nous soignons la répartition entre les âges pour créer les conditions optimales pour le recueil d’informations.

 

DISPOSITIF NUMÉRIQUE.

Basé sur une plateforme digitale (en cours), il permet de répondre en ligne à des questionnaires auto-administrés, de participer à des sessions en visio.

Plateforme Social Media (compte privé) pour entretenir des échanges en flux continus, activer des sondages, des questions du jour à n’importe quel moment avec la communauté du B.lab !

LE B.LAB & NOS CLIENTS

ÉTUDE X B.LAB

“On fait quoi après ?”

Suite à la déclaration de pandémie mondiale du covid-19, le B.lab a lancé une enquête sur les jeunes et le confinement.

Démarrée dans les premiers jours du confinement, elle interroge chaque semaine la communauté du B.lab pour comprendre la manière dont les jeunes vivent le confinement et quel sera son impact sur leurs représentations du futur.

Elle s’articule autour de 6 thématiques : la vie sociale, l’économie, la relation au politique, à l’environnement, aux médias et les usages numériques.

Sous la forme d’un appel à participation, les jeunes répondent chaque semaine à un questionnaire en ligne et interagissent sur le compte instagram privé du B.lab.

Cette enquête couvre la période de confinement mais aussi les semaines qui suivront le déconfinement afin de suivre les évolutions de leurs perceptions et de leurs déclarations.

Les résultats sont partagés chaque semaine et feront l’objet d’une cartographie qui marquera cette période inédite.